On ne reviendra pas sur le fait que personne ne les voyait là où ils sont. On ne reviendra pas sur les actes manqués de Brière et de Hossa. Les faits sont là pour nous faire mentir : avec une équipe que l’on (« on » incluant la personne qui écrit ces lignes) considérait comme moyenne, le Canadien de Montréal a finit par surprendre tout le monde, commentateurs, analystes et partisans inclus.

Saison 2007-2008 : classement final dans l'Est

Champions d’association, cela n’était pas arrivé au Canadien de Montréal depuis la saison 1988-1989. Mais ce « titre », qui n’en est pas un, n’est rien comparé aux défis qu’attendent les hommes de Guy Carbonneau lors des séries éliminatoires. Les compteurs sont remis à zéro, les statistiques ne comptent plus, même pas les buts marqués… la seule satisfaction réside dans le fait que le CH aura l’avantage de la glace, mais aussi la pression qui va avec : ils ont battus les Bruins huit fois de suite cette saison, onze fois de suite si l’on ajoute les trois derniers matches de la saison dernière, sans oublier les deux rondes gagnantes contre Boston lors des deux derniers affrontements en séries. Rien que pour cela, inutile de vous dire que le Canadien sort largement favori !

Finir premier dans l’Est, serait-il en fait, la conclusion de la reconstruction du Canadien ?

En effet, après des années de vache-maigre, après une dernière saison commencée sur les chapeaux de roues, mais un (trop) long passage à vide, le Canadien a connu une saison relativement constante au niveau des performances, malgré quelques petites frayeurs durant le mois de novembre. On en doutait tous, mais le virage « jeunesse » porte ses fruits… oublié José Théodore, oublié Mike Ribeiro, oublié Sheldon Souray… Qui aurait pu penser qu’ils n’allaient même pas nous manquer cette saison ?

Mais ce n’est même pas le plus spectaculaire !… Le plus gros, à mon avis, outre de finir premiers dans l’Est, reste d’être l’équipe qui a la meilleure offensive dans toute la ligue nationale ! Oui ! On parle bien du Canadien de Montréal ! 262 buts marqués durant la saison régulière, cinq buts de plus que les Red-Wings de Détroit.

Évidemment, il y a la supériorité numérique et l’apport de Alex Kovalev, mais cela serait manquer quelque chose que de limiter les succès du Canadien à cela. Mark Steit, une autre belle surprise que l’on avait largement sous-estimé au moment de sa venue dans la formation. Et c’est vrai que le capitaine de l’équipe Suisse a dû s’adapter aux réalités de la LNH, mais quelle adaptation a t-il connu !

Les frères Kostitsyn, aussi différents qu’essentiels pour l’équipe. Roman Hamrlik, l’acquisition d’entre-saison, qui apporte tellement à la défensive de l’équipe, sans oublier O’Byrne qui deviendra certainement un bon défenseur d’ici quelques années.

Bref, une équipe qui n’a peut-être pas de Marian Hossa ou de Daniel Brière, mais qui dispose de sept joueurs qui ont au moins 50 points, un sommet dans la Ligue nationale, dont trois joueurs de plus de 60 points (Kovalev a terminé la saison avec 84 points !).

Comme l’a dit Carbonneau, à la place de Boston, on aurait le goût de se venger. Mais la commande sera tout de même élevée pour eux, sachant qu’ils ne sont pas parvenus à trouver une façon de battre le Canadien et qu’ils sont passés près d’être éliminés des séries. Je persiste, le Canadien remportera cette ronde en cinq matches.

Le salut de nos Glorieux

Pour finir, remercions nos Canadiens. Une équipe soudée, très cohérente et combative. Une équipe qui nous fait de nouveau rêver et qui nous a offert de très belles performances… Merci à nos glorieux, en particulier pour la performance du 19 février au Centre Bell, face aux Rangers de New-York !

Be Sociable, Share!