Reportage

L’épicerie en ligne au Québec

8

Mise-à-jour > Depuis quelques mois, le site d’Épicerie Direct n’est plus en ligne, après avoir affiché un message nous annonçant un retour prochain. Aucun courriel explicatif n’a été envoyé aux clients, aucun communiqué n’a même été produit sur leur site, afin de nous informer de l’arrêt de leurs activités et enfin, ils n’ont pas dénié répondre aux nombreux courriels envoyés par leurs clients. Autant leur service était souvent irréprochable, autant leur silence et leur disparition soudaine surprend ! Bref, il ne reste donc plus que IGA au Québec pour effectuer son épicerie en ligne… dommage !

 

À la fin des années 90, j’avais eu l’occasion d’essayer l’épicerie en ligne en France, via Cybermarket, devenu ensuite Houra.fr. N’ayant jamais eu de voiture et habitant en plein Paris à l’époque (à Paris, hormis de petites épiceries, point de salut), ce service était particulièrement pratique quand il s’agissait de faire livrer des bouteilles, des packs de bières et des conserves. Il y avait aussi des produits frais, mais comme j’ai toujours préféré choisir par moi-même, j’allais à mon épicerie de quartier.

Ici au Québec, les services de livraison des grandes chaînes d’épiceries sont déjà, et depuis fort longtemps, monnaie courante. On choisi ses produits, on va à la caisse et l’on rentre chez soi attendre le camion de livraison. Que cela soit IGA, Métro et même chez certains dépanneurs, cela reste un service bien pratique. Par contre, sans doute à cause justement de la quasi-généralisation d’un tel service, nous avions un bon retard en ce qui concerne l’épicerie en ligne.

Il y a quelques années, je dirais 2002-2003, j’avais testé le service d’épicerie en ligne mis en place par IGA (ils étaient alors les seuls au Québec à le proposer). Le service était pratique, mais incroyablement bogué : les quantités n’étaient pas les bonnes, j’avais du mal à sélectionner certains produits… si bien que le service à la clientèle dû même me contacter, pour bien confirmer ma commande. Avouez que c’est un peu frustrant. Par contre, afin d’être complet et parfaitement honnête, il faut reconnaître que le service de chez IGA a été revu et corrigé depuis le temps et qu’il est maintenant parfaitement fonctionnel.

En effet, depuis 2008, IGA a reconstruit son site et obtient même un certain succès, puisque les revenus de la version en ligne équivalent à celui d’un « véritable » supermarché.

L’exemple d’Épicerie Direct

Depuis environ un an je dirais, un nouveau service a été mis en place pour la région de Montréal : Épicerie Direct. C’est grâce à une annonce à la radio que j’ai connu ce service et j’avoue avoir attendu mon récent déménagement avant de l’essayer.

Bon, le site fait très « vieille école », genre dix ans de retard. Par contre, il est très fonctionnel. On est loin de l’utilisation de AJAX ou d’autres technologies actuelles du web, mais cela reste assez simple et malgré tout, efficace.

Cela doit faire maintenant cinq ou six fois que j’utilise les services d’Épicerie Direct et j’avoue avoir été bluffé, même en ce qui concerne les produits frais ! Comme je vous l’expliquais plus haut, j’avais une réticence à « me faire choisir » mes produits frais, à ma place… Je m’attendais à avoir des fruits pas tout à fait mûrs ou trop mûrs, des légumes abîmés… Et en fait non, bien au contraire même ! Pour le moment, j’ai comme l’impression d’avoir moi-même choisis mes produits et ça, c’est un gros « plus » !

Les tomates sont très belles et goûteuses, les fruits sont beaux et consommables dès la livraison. Même chose en ce qui concerne la viande, emballée sous-vide le jour même.

Comment ça se passe ?

Concrètement, vous choisissez vos produits classés par catégories : Fruits, Légumes, Fromages, Bières & Vins… la première fois que vous utilisez ce service cela peut être assez fastidieux, si vous souhaitez faire une commande assez complète. Par contre, je vous invite fortement à créer une liste de « favoris », afin de regrouper les produits que vous sélectionnez le plus souvent. Ainsi, vous gagnerez beaucoup de temps lors de vos prochaines commandes.

Lorsque vous avez terminé votre magasinage, il suffit de passer à la caisse virtuelle et de sélectionner un jour et une heure de livraison, à compter du lendemain de la commande. Sélectionnez votre mode de paiement (carte de crédit, mais aussi à la porte par Interac et argent comptant).

Les créneaux horaires de livraison sont assez précis, heure par heure. Donc, vous n’aurez pas à attendre toute une après-midi après le camion de livraison.

Depuis deux mois environ que j’utilise le service, les heures ont bien été respectées… sauf peut-être le samedi où il y a eu des dépassements, mais très mineurs (de l’ordre de 15 à 30 minutes). Il faut comprendre que le samedi est un jour particulièrement achalandé pour l’ensemble des services de livraison.

Et pour IGA ?

C’est assez comparable pour le nouveau service en ligne de chez IGA, à part que nous n’avons qu’un seul moyen de paiement : la carte de crédit (MàJ : Comme Jean-Philippe Rivard Lauzier me le faisait remarquer en commentaire, les politiques variant entre magasins IGA, il se peut que l’on exige un paiement comptant, sans autre alternative !). Par contre, la grande force de IGA repose sur leur réseau de magasins (partout au Québec), mais aussi sur le choix, plus vaste que chez Épicerie Direct.

Autre particularité, vous pouvez choisir entre deux modes : cueillette ou cueillette et livraison. En clair, vous pouvez vous faire préparer votre commande et aller la chercher à votre IGA le plus près de chez vous, ou vous la faire livrer à domicile.

Bons points également pour IGA, la possibilité de suivre l’état de votre commande et le côté « plus actuel » de leur site.

Par contre, même si je n’ai pas utilisé le service de chez IGA aussi souvent que celui d’Épicerie Direct, j’ai remarqué quelques erreurs au moment de la livraison. Par exemple, la marque de miel que j’avais sélectionnée avait été substituée par une autre, mais peut-être y’avait-il une rupture de stock ? En fin de compte, rien de bien fâcheux.

D’accord, mais les prix ?

Pour ce qui est de IGA, les prix affichés ont l’air semblables à ceux en magasin. Par contre, en tout cas pour mon magasin IGA (car les prix peuvent varier), il faut compter 4$ de frais de cueillette et 4$ de frais de livraison, ce qui fait un ajout de 8$ au total pour une commande 100% en ligne (35$ minimum).

Du côté d’Épicerie Direct, les prix ont l’air comparables ou légèrement supérieurs à ceux pratiqués chez IGA. Je n’ai pas eu le temps de comparer tous les produits, mais c’est le cas pour la quasi-totalité de ceux que j’ai pu voir. Mais attention, les différences que j’ai pu noter étaient de l’ordre de 10 ou 15¢. Par contre, aucun frais de livraison n’est demandé (commande minimale de 49.95$), donc, chez Épicerie Direct, pensez que vous économisez, en partant, 8$ de frais de livraison… (N’oubliez pas le « Tip » cependant !).

Bon point pour Épicerie Direct également, ils reprennent les bouteilles consignées, les sacs papiers des livraisons précédentes et ont un service beaucoup plus attentionné et personnalisé.

En conclusion

L’épicerie en ligne au Québec en est encore à ses débuts. Il est incroyable de voir que ni Provigo, ni Métro ne proposent de tels services ! Leurs sites respectifs ne servant que de circulaires en ligne, de répertoire de recettes, de localisation de magasins… voir même, dans le cas de Métro, la possibilité de rédiger notre liste d’épicerie, mais pour pouvoir simplement l’imprimer par la suite !

Épicerie Direct a l’avantage d’être le premier supermarché 100% en ligne et conçu uniquement pour cela. D’ailleurs, ne serait-ce que pour la rigueur avec laquelle ils traitent les commandes et les clients, je préfère les services d’Épicerie Direct à ceux de chez IGA.

Cependant, l’épicerie en ligne a quelques limites. En particulier, il est difficile d’avoir la même information que sur l’emballage du produit en magasin. La plupart du temps, les sites ne proposent tout juste que le poids ou la quantité. Imaginez les personnes qui sont allergiques ou qui doivent vérifier la composition d’un produit, dans le cadre d’une diète particulière, l’épicerie en ligne n’est pas vraiment envisageable pour eux ! Même chose concernant l’information sur l’origine des produits frais, souvent absente.

En attendant peut-être l’arrivée d’autres acteurs dans le domaine, que vous ayez des difficultés à vous déplacer, que vous n’ayez pas de temps à perdre dans les supermarchés ou que vous n’ayez pas de voiture, vous avez maintenant la possibilité de choisir entre deux compagnies sérieuses, qui ont chacune leurs avantages et inconvénients.

IGA

Bons points :

  • Plus de choix
  • Couverture complète du Québec
  • Site internet « moderne »
  • Points « Air Miles » pris en compte

Mauvais points :

  • Choix de paiement (carte de crédit parfois même juste paiement comptant !)
  • 8$ de frais pour une commande 100% en ligne
  • Manque encore beaucoup de photos des produits

Épicerie Direct

Bons points :

  • Service soigné et impecable
  • Choix de paiement, en particulier Interac à la porte
  • Récupération des bouteilles consignées
  • Viande mise sous vide (plus longue conservation)
  • Pas de frais de cueillette ou de livraison
  • Livraison sur le lieu de travail si vous le souhaitez

Mauvais points :

  • Moins de choix
  • Uniquement pour la région de Montréal
  • Site internet un peu dépassé
  • Prix parfois un peu plus dispendieux

Pour en savoir plus :

L'Airbus A380 à Montréal

0

Ce fût l’événement de la journée ici, à Montréal. Les médias avaient largement relayé l’information, alors que les premiers curieux et passionnés s’étaient amassés prêt de l’aéroport international de Dorval, dès 6 heures ce matin, alors que l’A380 venait à peine de quitter Paris. Bien évidemment, ce fût également un peu l’effervescence dans les locaux de Bombardier aéronautique.

Une chance pour nous, nos bureaux se trouvent en plein dans l’axe de l’aéroport de Dorval, et nous voyons déjà, tout au long de la journée, des dizaines d’avions passer au-dessus de nos installations.

Vers 11 heures, l’information a été passée selon laquelle, le paquebot du ciel allait bel et bien nous survoler. Au départ, il était question de 12h45, puis, finalement, c’est aux alentours de 12h15 que nous avons pu voir ce bel oiseau. Armé de mon cellulaire, je suis sorti en quatrième vitesse afin de prendre ces deux clichés.

A380 en approche

L’on voit bien, sur cette première photo, l’approche de l’appareil depuis le boulevard Marcel-Laurin à Ville St-Laurent. Ce qui nous a tous étonné, c’est son silence. En effet, nous avons l’habitude de « sentir » le survol de certains appareils, bien plus petits que l’A380, alors que l’approche de celui-ci c’est fait vraiment discrètement.

A380

Il s’agissait donc d’une sorte de vol inaugural transatlantique pour cette nouvelle génération d’Airbus, mais pas sa première présence au Québec. En effet, au moment des essais de certification, l’A380 était déjà venu l’année dernière, en plein hiver, se poser dans le nord québécois afin de tester l’avion sous des températures extrêmes.

Demain, l’A380 prendra la direction d’Orlando en Floride, puis reviendra à Montréal jeudi prochain, pour un dernier passage. Dernier avant un bon moment, semble t-il, puisqu’il n’est pas encore question pour Air France, qui s’est porté acquéreur de douze appareils, d’en attribuer sur la ligne Paris-Montréal. Mais le président d’Air France Canada souhaite qu’en à lui, le voir en opération régulière vers Montréal à plus ou moins long terme.

A380 autoroute

Pour l’anecdote enfin, pas moins d’une vingtaine d’entreprises québécoises ont participé à la conception et à la fabrication de l’A380.

Crédit photo pour le troisième cliché : Cyberpresse.

Les emplettes du raton-laveur

0

Voilà une des raisons pour lesquelles, je souhaitais avoir un cellulaire, équipé d’un appareil photo !

Rentrant d’une journée de dur labeur, votre blogueur favori s’était mis en tête de profiter de températures clémentes (25°C) pour parcourir les quelques coins de rues séparant Jean-Talon de Beaubien par la Plazza St-Hubert.

Pour ceux qui ne connaissent pas Montréal, la Plazza St-Hubert est une rue commerçante qui a la particularité d’avoir des trottoirs couverts… et qui a une autre particularité, celle d’avoir un McDo au coin St-Hubert/Beaubien (la véritable raison de mon détour).

Arrivé à mi-chemin, j’observe de loin trois voitures de la SPVM (Police de Montréal), stationnées sur un côté de la rue avec un attroupement de personnes autour.

De loin, je constate qu’il y a deux policiers agenouillés. Je pense tout d’abord à un cycliste ou un piéton frappé par une voiture, mais je suis soulagé de voir qu’il n’en est rien.

Ce déploiement policier, était en fait provoqué par un intrus.

Armés de perche à animaux et gesticulant sous l’une de leur voiture, je pensais tout de suite à une mouffette (un putois pour nos lecteurs Français). Mais au vu de l’attroupement autour et du peu de crainte de la part des policiers, il devenait évident qu’il ne pouvait s’agir de cela.

En fait, il s’agissait d’un raton-laveur de taille adulte, qui avait décidé de magasiner du côté de Rosemont.

Paniqué par l’attroupement et, sans doute, la circulation qui n’était pas tout à fait paralysée, l’animal s’était terré sous un véhicule de police. Même à quatre ou cinq, les policiers avaient toutes les peines du monde à le saisir ou à l’attirer vers une des boîtes en carton apportées par les commerçants.


Tout à coup, la policière se relève d’un bond en s’apercevant que l’animal est en train, tout simplement, de monter dans le moteur du véhicule ! Ça là qu’ils ouvrent donc le capot, avant que le raton-laveur s’affole est reparte dans l’autre direction, s’offrant même le luxe de passer à travers les mailles du dispositif policier pour se réfugier derrière les grilles d’une boutique fermée.

De là, les policiers purent saisir l’animal sans trop de difficultés…

Italie – France au parc Jean-Drapeau

0

Je vous préviens, c’est une grosse vidéo (72 Mo, plus de 17 minutes de film) ! Alors n’hésitez pas à attendre que tout soit chargé (petite bande verte jusqu’au bout), avant de lancer la lecture.

 

Ce petit film montre l’ambiance qu’il y avait au parc Jean-Drapeau à Montréal, où était rassemblé un grand nombre de partisans de l’équipe de France, mais aussi quelques Italiens.

Je n’ai pas voulu filmer le match, quel intérêt cela aurait eu ? Mais plutôt les gens, les réactions, les émotions… Les cadrages sont parfois assez pourris, mais faut dire que cela n’a pas toujours été simple avec tout ce monde.

J’ai filmé l’intégralité des tirs aux buts… ainsi que l’après-match et les réactions « à chaud ». J’insiste que ce sont des réactions « à chaud »… Je pense que tous les amateurs Français de ce sport ont tous eu ce genre d’émotion…



Haut de page