Alors qu’il était venu pour moi de remplacer ma vieille imprimante jet-d’encre bas de gamme (achetée 60$ il y a six ans), qui n’était même plus capable d’imprimer le moindre document correctement et qui encombrait un placard, je me suis mis en quête d’un nouveau matériel, plus complet et surtout, plus robuste.

Mes critères

  • Imprimante « tout-en-un » : imprimante donc, numériseur (scanner), copieur et, accessoirement, télécopieur.
  • Imprimante laser : j’imprime rarement des photos. De plus, avec le service proposé par Apple avec iPhoto, si je veux des tirages, c’est extrêmement simple ! Avec le laser, plus de soucis d’encre qui sêche faute d’être utilisée. Travail également plus soigné et plus durable.
  • J’aime bien mon appartement, mais il n’est pas très grand. Donc, il était essentiel de ne pas me retrouver avec un appareil de un pied de haut, avec des morceaux de plastique qui dépassent afin de récupérer les documents qui s’impriment.
  • Ce n’est pas parce-que c’est une imprimante que cela doit être nécessairement moche. Étant un « Mac-addict », vous aurez deviné que l’aspect extérieur du produit a une certaine importance.

Après avoir fait le tour des principaux produits de HP, Lexmark, Brother et autres, je me suis arrêté sur le Samsung SCX-4500.

Je l’avoue, c’est d’abord le « look » qui m’a séduit. Au premier coup-d’œil, je l’ai pris pour un simple numériseur. D’ailleurs, comme vous pouvez le voir sur la photographie ci-dessous, rien n’indique que l’appareil fasse office d’imprimante. Surface laquée noire « Black Gloss », répandue sur divers appareils de la marque (cellulaires, téléviseurs…), LED bleues, belles finitions… bref, c’est joli !

Je pensais d’ailleurs à une erreur : comment se fait-il qu’elle soit classée dans la catégorie « imprimante tout-en-un » ? C’est en lisant les caractéristiques que l’on découvre que sous des allures assez inédites, il s’agit bien d’une imprimante laser.

Ce qui surprend, outre son apparence, c’est sa taille : 39 cm de long, 32 cm de large et à peine plus de 16 cm d’épaisseur pour un poids de 8.6 kg. Un bon point, donc, en faveur du SCX-4500.

Évidemment, quand il est question de petite taille, le constructeur doit faire certains compromis. Suivant donc l’adage voulant qu’on ne peut pas tout avoir, la faible épaisseur de l’appareil ne lui permet pas d’avoir un bac de plus de 100 feuilles. D’un autre côté, pour l’usage domestique que je lui confère, cent feuilles, c’est bien suffisant ! Mais il est certain que si vous destinez l’imprimante à un usage plus « bureautique », sachez que vous pourriez maudire sa faible capacité.

Par contre, soulignons la grande simplicité d’ouverture du bac ! Un simple bouton à appuyer et le tiroir s’ouvre de lui-même ! Alors que les tiroirs d’imprimantes sont, il faut le dire, souvent un problème : ça s’ouvre mal, on a peine à le remettre dans l’imprimante, la SCX-4500 fait figure d’exception. Une chance d’ailleurs, vu qu’avec une capacité pareille on aura souvent à l’ouvrir !

Par contre, mis à part ce défaut de capacité, je doit dire qu’il ne semble pas avoir eu d’autres compromis majeurs au niveau de l’accessibilité. Outre la simplicité dans l’ouverture du tiroir, soulignons l’extrême simplicité du remplacement de la cartouche d’encre ! Sans rire, lorsque j’ai placé la cartouche, j’ai trouvé ça tellement simple que je me suis dit qu’elle ne devait pas être bien placée : il suffit d’ouvrir l’imprimante et de placer la cartouche. Ni taquets à soulever, ni déclic à déclencher, juste à « poser » la cartouche ! Bien honnêtement, je n’ai jamais vu aussi simple !

Côté impression

Là non plus, la taille ne semble pas avoir été un prétexte pour brider les performances. Très bonne qualité d’impression, y compris pour les illustrations. La résolution est de 600 ppp avec une cadence de 16 pages par minute.

L’impression « à froid » d’une page se fait assez rapidement. Seul défaut, il faudra placer un « appendice » en plastique pour récupérer les feuilles à l’avant de l’imprimante. Cela jure un peu avec l’apparence très soignée de l’ensemble…

Côté numérisation

Ce qui impressionne : le silence ! Lorsque j’ai lu les caractéristiques du constructeur, je n’ai pas pris cet argumentaire comme argent comptant. Samsung parle en effet de 45 décibels lorsqu’il numérise. C’est-à-dire à peine plus que le bruit ambiant constaté dans une bibliothèque (30 à 40 décibels).

Maintenant je peux vous le dire, c’est vrai ! Je vous dirais même que lorsque j’ai fait l’essai, je me demandais s’il fonctionnait vraiment ! Et là, Samsung a poussé le soucis du détail, jusqu’à faire déplacer un faisceau lumineux bleuté pour indiquer la progression de la numérisation sur le capot de la machine. C’est du plus bel effet !

Notons également le bouton « Scan to PC » (qui fonctionne à merveille sous Mac), qui permet de numériser un document depuis l’appareil, juste en appuyant sur la touche. Très pratique quand on a de nombreux documents à numériser.

Autre très bon point, la reconnaissance de caractère. Si tant est que le document soit bien droit sur la vitre, le résultat est très convaincant et pratiquement sans erreur.

Numérisation sous SCX-4500 d’une photo du Mont Saint-Michel (France)

Le numériseur à une résolution allant jusqu’à 600 x 2,400 ppp (4,800 x 4,800 en « amélioré »), utilisant la norme TWAIN. Les premiers tests que j’ai effectué, sur des photographies aussi bien en « mat » qu’en « brillant », m’ont semblé « corrects », mais sans plus. Cependant, en touchant un peu aux réglages du logiciel de numérisation, on arrive à obtenir de meilleurs résultats. Finalement, mis à part ce détail, les résultats sont convaincants pour un usage domestique. Pour les perfectionnistes, un peu de retouche sous Photoshop seront nécessaires, comme pour tous les numériseurs d’ailleurs… ici, pas de réelles surprises.

Le logiciel de numérisation est très rudimentaire. Trop peu d’options disponibles, il manque d’ailleurs des paramètres liés au type de document (photographie, papier glacé ou papier journal, texte brut…). Je regrette le logiciel de mon ancien scan Agfa qui était incroyablement complet et efficace.

Sous Windows (vous parlez d’un test complet !). Les logiciels sont assez comparables. Sous PC, vous aurez tout de même un « Smart Panel » plus intégré et plus complet que sous Mac OS, bien que, sous ce dernier, l’accès est assez simple depuis la barre de menu. L’installation sur les deux plates-formes se fait simplement et rapidement depuis le CD fournit. Mac OS avait reconnu l’appareil avant même l’installation des pilotes et le système ira récupérer les mises à jour sans que vous ayez à y penser.

Côté connectique

Samsung fournit le minimum obligatoire, c’est-à-dire une connexion USB-2. Ni Ethernet, ni Wifi… peut-être un autre compromis relié à la taille de l’imprimante ?

Pour ma part, j’en ai profité pour relier la SCX-4500 avec ma borne Wifi Airport Express (qui permet de « transporter » le son de votre bibliothèque iTunes vers votre système de son). Cela se fait très simplement grâce à la connexion USB de la borne et Mac OS reconnaît tout de suite l’emplacement de l’imprimante (je n’ai pas fait le test sous Windows).

Par contre, l’usage de la borne Airport se fait que dans un sens : l’impression. Oubliez la possibilité de numériser en Wifi, cela ne fonctionnera pas ! D’ailleurs, cela fait partie des spécifications de la borne Airport Express : une sortie son type « jack », une entrée Ethernet et une sortie USB pour y brancher une imprimante.

En résumé

Pour

  • Très compacte et apparence soignée
  • Touches sensitives
  • Très faible bruit
  • Bonne qualité d’impression

Contre

  • Bac de 100 feuilles
  • Logiciel de numérisation trop rudimentaire
  • Peinture laquée noire laissant des traces de doigts
  • Connexion unique USB-2

Prix 295$ chez Future Shop. Excellent point d’ailleurs pour Future Shop, la livraison s’est faite moins de 48h après ma commande par internet, en livraison régulière par Postes Canada (9$). Inutile donc de prendre l’option « en accéléré », qui vous coûtera une cinquantaine de dollars, surtout si vous êtes dans la région métropolitaine.

Pensez au câble USB, non fournit avec l’appareil.

Pour en savoir plus