Articles taggés Musique

Champion : "Alive again"

2

C’est le 15 septembre prochain, que Champion sortira son deuxième album. En attendant, le DJ montréalais, nous présente le premier vidéoclip intitulé « Alive again », réalisé par Barry Russell et Jérémie Fournie. Le son est vraiment bon… j’adore déjà !

Procurez-vous ce premier titre en ligne et légalement, sur iTunes Music Store : Champion – Alive Again (0.99$)

Simplify Media : écouter votre musique… partout !

3

Le logiciel dont je vais vous parler n’est pas vraiment une nouveauté, mais vu qu’il peut rendre de très bons services et qu’il peut intéresser autant les utilisateurs de Mac, Windows, Linux, iPod Touch et iPhone, qu’on aurait tort de ne pas en profiter…

Mais que fait « Simplify Media » ?

Le principe est assez simple. Après avoir installé le logiciel, vous pouvez autoriser le partage de votre bibliothèque musicale iTunes (iTunes, Winamp et Windows media sur PC) et de vos listes de lecture à qui vous le souhaitez. Il faut, bien-entendu, que « Simplify Media » soit également installé et ouvert sur l’ordinateur « client », mais vu qu’il est gratuit et simple d’installation, pourquoi vous en priver ? Au moment de l’installation, vous créerez un nom d’utilisateur et vous pourrez même protéger l’accès par un mot de passe.

features_02

Autre détail important, personne ne peut se connecter à votre bibliothèque iTunes sans votre accord. En effet, un peu à l’instar de Facebook, vous devez accepter au préalable l’invitation pour rendre l’accès possible, ou même de votre ordinateur portable et ce, même si vous n’avez assigné aucun mot de passe.

Par la suite, vous pouvez toujours retirer les accès aux personnes que vous aviez préalablement autorisé. Le nombre « d’invités » étant limité à 30, ce qui est déjà pas mal !

Applications possibles avec « Simplify Media » ?

En déplacement ou en vacances, vous ne vous déplacez pas toujours avec l’intégralité de votre bibliothèque iTunes. Bien des personnes ont leurs MP3 sur un ordinateur de bureau et utilisent plutôt un ordinateur portable hors de leur domicile. « Simplify Media » vous permet d’accéder, via une connexion internet, à tous vos MP3. Évidemment, cela se fait en flux continu (« streaming » comme disent les Chinois), alors cela reste tributaire de la qualité du débit. Mais entendons-nous bien, on parle ici de format MP3 et non de vidéo. De nos jours, les connexions permettent sans problème ce genre de partage audio, sans occasionner de « coupures » de son.

Autre possibilité, pouvoir écouter des MP3 différents d’une pièce à l’autre. En mettant en commun tous les MP3 d’un foyer, ou d’une entreprise, plusieurs utilisateurs peuvent accéder aux MP3 de leur choix, sans forcément les avoir sur leur ordinateur.

Bien-sûr, « Simplify Media » peut également servir à faire découvrir votre bibliothèque musicale à vos amis. Par contre, l’écoute seule est possible. Donc, oubliez le « partage intégral » de vos MP3, vu que le téléchargement n’est pas possible.

Votre musique (et celle des autres) sur votre cellulaire

Mais là où je trouve « Simplify Media » remarquable, c’est dans son utilisation « nomade » (le fameux terme à la mode). Ainsi, si vous jugez que les 32Go de votre iPod Touch ou de votre iPhone sont trop « juste » pour vos MP3, il n’y a pas de quoi s’en faire. « Simplify Media » permet de profitez de tous vos MP3 depuis votre terminal mobile, que votre bibliothèque fasse 40Go ou 200Go !

Pour le iPod Touch cela prendra, bien-sûr, une connexion Wi-Fi. Pour ce qui est de l’iPhone, cela fonctionne très bien sur lex réseaux EDGE, 3G et Wi-Fi. Je l’utilise régulièrement sur mon iPhone, quelque-soit l’endroit, lorsque j’ai envie d’écouter autre chose que mes « listes » enregistrées de mon appareil.

Par contre, contrairement à la version pour ordinateur, celle pour iPhone et iPod Touch est payante (3.99$ ou 5.99$ CDN). Mais si vous manquez d’espace sur votre iPhone et que vous êtes régulièrement frustré de ne pas pouvoir tout y mettre, « Simplify Media » peut être une bonne solution.

Mais il faut noter que la version iPhone est plus complète. Ainsi, les pochettes d’album apparaissent à l’écran, ainsi que les paroles (quand elles sont déjà enregistrées dans votre iTunes)… bref, l’interface est très similaire au lecteur musical de l’iPod. Sur la version 2 (celle à 5.99$ CDN), vous pouvez désormais créer vos propres listes de lecture à distance ainsi que de profiter d’une rubrique « favoris » dans laquelle, vous pourrez faire vos ajouts.

On parle bien ici de musique en « flux continu » donc, attendez-vous à des périodes de « latences » entre les chansons, le temps que le début de la musique se charge dans la mémoire de l’appareil (selon la connexion, quelques secondes tout au plus). Donc, ne comptez pas trop jouer aux « DJ » dans les soirées avec ce logiciel.

Prévoyez cependant quelques minutes pour pouvoir accéder à l’ensemble des bibliothèques partagées. En effet, le logiciel doit aller chercher les titres, les noms des artistes et les listes de lectures disponibles. Donc, plus il y a de morceaux, plus cela peut prendre de temps (même avec la version PC/Mac)… par contre, cela ne vous empêchera pas de commencer la lecture des premiers morceaux disponibles.

Par contre, après avoir essayé la version « originale » et la nouvelle version « Music 2 » pour iPhone, mis à part la possibilité de créer des listes « à la volée » ainsi que des favoris, je comprends mal cette différence de deux dollars. Pour ma part, pas grand chose ne les justifie.

Prodige au piano

6

Après la variété, voici un bon rock classique. Mais pas n’importe lequel… Un jeune prodige a décidé de jouer (et de chanter), le célèbre titre de The Who, « Baba O’riley », sur son piano. C’est tout simplement incroyable !

Jean-François Mercier à son meilleur

0

Vous connaissez certainement son personnage du gars frustré, ainsi que sa sortie en règle contre les méthodes commerciales de « Bell Mobilité », mais avez-vous vu son intervention au dernier Gala des Olivier ?

Jean-François Mercier m’a, pardonnez mon expression, laissé « sur le cul » lorsqu’il s’en est pris à l’industrie du disque. Prenant comme exemple Marie-Élaine Thibert qui a vendu quelques 400,000 albums, mais qui n’a pas assez d’argent pour s’acheter une maison !

Ceci est à mettre en parallèle avec la nouvelle tendance des artistes qui diffusent, par eux-mêmes, leur musique sur le net. La multiplication de ces exemples, semble démontrer que les artistes y trouvent bien des avantages.

Pour voir ou revoir l’intervention de Jean-François Mercier au Gala des Olivier, voici l’extrait :

Mac OS X comme scène d'un clip musical

0

Placement média, utilisation dans des longs-métrages, publicités… il n’est pas rare de voir un Mac à la télévision ou au cinéma. L’objet est « branché », il est même « cool », la marque « iPod » est devenue, à l’instar du Walkman des années 80, le terme générique pour qualifier un baladeur MP3… mais rare est de voir le système d’exploitation du Mac servir de toile de fond à un artiste.

Dennis Liu, réalisateur de publicités et de vidéo-clips, nous livre une création pour le moins originale. En n’utilisant que son Mac et les logiciels qu’il contient, il a réalisé un vidéo-clip pour le groupe The Bird and The Bee intitulé « Again & Again ».

Le site Tuaw.com met en doute le caractère officiel du clip, mais vu que son auteur est un professionnel dans le domaine et la qualité de la réalisation, je trouverais ça curieux qu’il puisse l’avoir créé « juste pour le fun ». Mais admirez plutôt :

Source : Tuaw.com

Jeff Healey n'est plus

0

Guitariste et chanteur de grand talent, Jeff Healey s’est éteint à Toronto, suite à un cancer de la rétine. Chanteur de jazz, de blues et de rock, il combattait cette maladie depuis sa naissance. Maladie qui lui avait fait perdre la vue à l’âge d’un an.

Par commodité suite à son handicap, il jouait de la guitare d’une manière assez inusité en posant son instrument à plat sur les genoux. Cela n’a pas empêché Jeff Healey de jouer avec B.B. King, Stevie Ray Vaughan, George Harrison, Mark Knopfler et Jimmy Rogers.

Son dernier album, blues et rock, Mess of Blues, sortira en mars en Amérique du Nord et en avril en Europe.

Pour vous faire découvrir (ou redécouvrir) l’étendue de son talent, voici une vidéo de la reprise d’une chanson des Beatles que j’adore, « While My Guitar Gently Weeps ».

Georges Thurston s'en est allé loin, loin…

0

Mondialement connu sous le pseudonyme de « Boule Noire », Georges Thurston est décédé hier d’un cancer.

Orphelin qui ne l’a pas toujours eu facile dans la vie, Georges Thurston s’est révélé comme un combatif et un éternel optimiste. Dans les années 1970, il démontra que la langue française pouvait être « funky », grâce à son immense talent de chanteur et son sens du rythme.

Emporté par la vague du Disco, il connu un grand succès avec des titres comme « Loin d’ici », « Shalala je t’aime », « Les années passent » et surtout « Aimer d’amour ». Nous sommes en 1978 et il vend quelques 150,000 albums.

Après quelques autres disques et compilations, Georges Thurston ne connaît plus le même succès jusqu’en 1990, année où on l’appelle pour venir en France, alors que « Aimer d’Amour » connaît un succès monstre dans les discothèques. Une seconde naissance en fait, pour l’une de ses anciennes chansons. Georges Thurston n’y croit tellement pas, qu’il est au début persuadé qu’il s’agit du gag de « Surprise sur prise ». Il n’en est rien et quelques 800,000 exemplaires seront vendus en Europe !

L’année dernière, Georges Thurston lance son dernier disque, intitulé « Last call ». Il se sait atteint du cancer, mais ne baissera jamais les bras… jusqu’à hier.




« Loin, loin de la ville » | Georges Thurston

Sgt Pepper's a 40 ans !

0

Sgt Pepper’s fût le premier disque des Beatles que j’acheta, il y a déjà pas mal de temps. Un groupe que j’ai appris à apprécier lors de mes années passées à l’université. Les « Fab Four » qui restent, sans grand doute, le groupe le plus célèbre de l’histoire de la musique.


L’emblématique et révolutionnaire album des Beatles débarquait le 1er juin 1967 dans les bacs des disquaires britanniques. Repères en chiffres.

Quarante ans au panthéon de la musique. Il y a tout juste quatre décennies, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, le huitième album des Beatles, était commercialisé en Grande-Bretagne.

Sous une étrange pochette représentant près de 80 personnages plus ou moins célèbres (dont Karl Marx, Marilyn Monroe, mais pas Adolf Hitler qui, malgré l’insistance de John Lennon, en fut effacé), 13 titres restés dans l’histoire du rock, accouchés par les Fab Four après 700 heures d’enregistrement. Parmi ces chansons, « When I’m 64 », que Paul McCartney, dernier Beatle en activité a pu reprendre l’an dernier à l’occasion de ses 64 ans. Le disque est marqué par la liberté totale des instrumentations. On compte jusqu’à 50 instruments sur certains titres, et les Beatles en ont profité pour inventer le premier magnétophone 8 pistes pour « A Day in the Life ».

Succès critique et publique, l’album occupera la première place des « charts » britanniques, américains et australiens. Depuis sa sortie, « Sgt. Pepper’s » s’est écoulé à quelque 12 millions d’exemplaires. Au total, les Beatles auraient écoulé, depuis leur premier album « Please Please Me » en 1963, plus d’un milliard de disques, best-of compris. Une carrière qui devrait connaître une nouvelle jeunesse avec la probable mise en ligne du catalogue des quatre garçons dans le vent.

Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band se classe toujours en tête des classements des meilleurs disques du XXème siècle, telle la liste des 500 albums du magazine Rolling Stone, avec une régularité étonnante.

Sgt. Pepper’s reste mon album préféré des « Fab Four », avec celui de L’Abbey Road. Voici « A Day In The Life », un vrai petit chef-d’œuvre !


« A Day In The Life » | The Beatles

Haut de page