La débilité administrative n’a pas de limite ! Ainsi, un résident de Westmount âgé de 58 ans, a été condamné à une amende de 455$ pour avoir osé nourrir, de quelques arachides, un écureuil dans un parc !

Cela pourrait ressembler à une blague, un canular… pourtant, c’est la triste et pathétique réalité.

À l’automne 2006, Bruce Kert, musicien de son état, a commis un crime impardonnable. Ayant ramassé des arachides par terre, il les a, un peu plus tard, lancés en direction d’un écureuil qui s’était présenté à ses pieds. Mais, soyez rassurés braves gens, un policier ne se trouvait pas très loin et a donc pu intervenir rapidement pour faire cesser cet acte de barbarie extrême !

7152

Armé de son carnet, le zélé constable a dressé une contravention de 75$ au musicien. On ne peut pas menacer l’ordre public et la sécurité de la population de cette façon sur le territoire de la ville de Westmount !

M. Kert, n’ayant, comme nous tous peut-être, pas pris cela très au sérieux, ne s’est pas présenté en cours municipale pour sa rétractation. Du coup, l’amende est passée à 455$… le pire là-dedans, c’est qu’il aurait pu être passible d’emprisonnement ! J’imagine la scène : menottes au poignets et transfert à la prison de Bordeaux pour avoir nourrit un écureuil !

M. Kert, sans doute dépassé par les événements, ne trouve plus vraiment ses mots et se sent obligé de nous assurer qu’il n’avait jamais nourrit d’écureuils auparavant et qu’il s’attendait à avoir un simple avertissement, «Je n’allais pas recommencer», plaide-t-il.

Finalement, après quinze minutes d’audience, la juge a finalement réduit l’amende à 50$, plus de deux ans et demi après les faits ! Voilà à quoi sert l’argent des contribuables : a faire le procès de citoyens qui balancent des peanuts à des écureuils !

Pour information, un règlement municipal existe bel et bien en ce qui concerne les animaux sauvages.

En général, dans tous les arrondissements et villes liées de l’agglomération de Montréal, il est interdit de nourrir pigeons, goélands, écureuils et tout autre animal vivant en liberté, comme des mouffettes ou ratons laveurs. Ce règlement sur «les nuisances» est édicté en vertu de la Charte de Montréal.

Selon les arrondissements ou villes, une première infraction peut être passible d’une peine minimale de plus ou moins 20$, ne dépassant pas 1000$. Après trois infractions, l’amende peut atteindre 2000$.

(Source : La Presse, Montréal)

Pour finir en beauté, voici un extrait de l’émission de Jean-Luc Mongrain, maintenant à TVA, qui nous parle avec sa verve habituelle, de cette affaire de la plus haute importance ! C’est du bonbon cet extrait !